SEARCH What's New

Le saviez-vous? Les annonces classées COPA fonctionnent

Par Adam Hunt

 

Il arrive souvent ici à la COPA que je reçoive un téléphone d’un membre qui désire vendre son avion, se plaignant que nos annonces classées ne fonctionnent pas. «J’annonce depuis déjà six mois et je n’ai pas reçu le moindre appel.» Ou quelque chose dans le genre.

Habituellement, je lui demande quelle annonce est la sienne. Une lecture de l’annonce indique normalement le problème, souvent quelque chose comme ceci: «Cessna 150, 1960, 1800 SMOH (en anglais: Since Major Over Haul ou depuis la dernière réfection moteur), a besoin d’un peu de peinture, pas de radios, 45,000$ ferme…».

Sans doute, la valeur aux livres (en anglais: Bluebook value) devrait être diminuée d’environ 5,800$ CDN. Rien de surprenant au fait qu’il n’ait eu aucun appel.

J’ai donc décidé de donner aux annonces classées de la COPA un vrai test, pour voir si elles fonctionnent. J’ai décidé de mettre mon propre avion en vente et ceci au pire temps de l’année – le milieu de l’hiver. L’annonce était une photo couleur dans les annonces classées et sur la page couverture du Canadian Plane Trade. Aucun passe-droit ici pour un gestionnaire de la COPA – j’ai payé le plein prix pour l’annonce, 85,67$, taxes incluses.

L’annonce comprenait une description ordinaire avec une photo de l’avion au sol, prise à partir d’un escabeau afin d’offrir un point de vue différent. Le prix demandé était juste en dessous du prix aux livres, avec l’espoir de vendre l’avion avant d’être obligé d’acheter de l’assurance au Jour de l’An. L’annonce débutait de façon typique: « AA-1 Yankee 1970, vitesse de croisière 117 KTAS (en anglais : Knots True Air Speed ou nœuds vitesse vraie) à 6.5 gph (gallons par heure)…»

L’annonce est apparue dans l’édition de janvier du journal COPA Flight, qui a été distribuée le 18 décembre. Ceci voulait dire que les membres l’aurait durant la période des vacances des Fêtes, pas le meilleur temps de l’année puisque la plupart des gens sont préoccupés par bien d’autres choses que d’acheter un avion.

Une annonce dans le COPA Flight inclut également une annonce identique dans la section «Membres seulement» du site internet de la COPA.

En même temps, j’ai aussi placé une annonce sur le site internet du club du type de l’avion. Ceci était une annonce gratuite et disponible publiquement sur internet. Il a été intéressant de comparer les résultats.

Le site internet du club du type d’avion a produit deux demandes sérieuses et trois escrocs nigériens («Je vous envoie un chèque bancaire de deux fois le montant que vous demandez et vous m’envoyez la balance.») et rien d’autre.

L’édition de janvier du journal COPA Flight et le site internet ont résulté en huit demandes sérieuses incluant une personne qui est venue à Ottawa pour un vol de démonstration. Il a aimé l’avion et il a fait une offre, mais elle était trop basse pour que je l’accepte.

La date de tombée pour les annonces classées de l’édition de février arrivait, et j’ai donc acheté une autre annonce classée avec photo couleur au montant de 85,67$. Cette fois-ci, j’ai réécrit l’annonce, juste pour de la variété. Elle incluait une photo aérienne qui était assez dramatique. J’ai changé le texte également. Il débutait par un petit jeu de mots: «Attrayant comme un RV-7A, au prix d’un Cessna 150! American AA-1 Yankee…»

L’annonce a paru dans l’édition de février le 22 janvier, juste au moment le plus froid de l’année n’importe où au Canada. Je savais que peu de monde commencerait à magasiner pour un avion avant mars ou avril, mais j’ai figuré que cela valait la peine d’essayer.

L’annonce de février a produit 17 demandes sérieuses, incluant quatre après que l’avion ait été vendu. J’ai eu un courriel d’un pilote local qui était intéressé et je l’ai emmené pour un vol. Il a fait une inspection préachat et l’avion a été vendu la journée même, le 16 février – juste 26 jours après la parution de la seconde annonce et presque exactement deux mois après la parution de la première annonce. Je considère cela une très bonne performance pour ce temps-là de l’année.

J’étais surpris, mais la seconde annonce a créé un peu de confusion pour au moins deux personnes qui ont appelé. Ils voulaient savoir si j’avais vendu mon RV-7A ou le Cessna 150. Nous avons dû leur expliquer que l’annonce était pour un AA-1. Une personne a mentionné que c’était «de la fausse représentation» d’offrir un RV-7A à vendre quand je n’en avais pas. Il y en a pour tous les goûts, je suppose. J’espère qu’il a pu trouver son RV-7A à 29,900$!

Quel a été le prix de vente de l’avion? Disons seulement que j’étais content du prix que j’ai reçu pour celui-ci.

En tout et pour tout, le journal COPA Flight et l’annonce sur le site internet ont généré 25 demandes sérieuses, ce qui je crois est vraiment bien pour le milieu de l’hiver.

Le coût des annonces a représenté un total de 171,34$, ce qui correspond à environ 0.5 pour cent du prix demandé – pas un mauvais investissement du tout. À mon avis, même en plein milieu de l’hiver canadien, les annonces classées de la COPA ont fonctionné et ont fonctionné rapidement!

Un bénéfice de l’utilisation des annonces classées COPA est que la version internet est « pour les membres seulement.» Puisque la vaste majorité des pilotes non commerciaux qui volent actuellement au Canada sont déjà des membres COPA, cela veut dire que vous avez accès à votre marché potentiel sans attirer les escrocs que les annonces publiques publiées sur internet peuvent attirer.

Qu’est-ce qui a fait la différence qui a fait vendre cet avion si rapidement? Je crois que tout est dans le prix demandé. Les avions qui sont annoncés bien au dessus de leur valeur courante sur le marché ne reçoivent pas d’appels. Si vous voulez vendre un avion en 3-6 mois, obtenez une évaluation professionnelle de sa valeur marchande courante ou du moins une valeur aux livres, qui vous donnera une bonne idée du prix approximatif. Ensuite annoncez l’avion autour de cette valeur, en prenant conscience que le marchandage va en baisser le prix quelque peu.

Si vous voulez le vendre plus rapidement, alors annoncez à un prix légèrement inférieur à la valeur aux livres. Si vous ne voulez pas du tout vendre votre avion, mais désirez seulement le voir en photo dans le journal, alors ne vous gênez pas pour demander un prix bien au dessus de la valeur courante.

La valeur aux livres pour la plupart des avions certifiés peut être obtenu par les membres COPA en envoyant la marque de l’avion, le modèle, l’année, les heures du moteur, ainsi que de l’information quant à la condition intérieure, la peinture et l’avionique embarquée à ahunt@copanational.org.

À propos, nous avons vendu notre avion avec l’idée d’avoir mieux, ce qui veut dire que nous serons de l’autre côté la l’équation vente/achat dans un avenir rapproché.