SEARCH What's New

La CAGT annule la subvention à Buttonville

 

Nous avons récemment appris que la Commission des Aéroports du Grand Toronto (CAGT) entend annuler le présent «Accord d’entretien de la capacité» entre la CAGT et l’Aéroport de Buttonville, prenant effet le 1er avril 2009.

L’annulation de cet accord pourrait mettre en péril l’existence future de l’aéroport. En réponse à l’intention de la CAGT, la COPA en coopération avec l’Association du transport aérien du Canada (ATAC), L’Association canadienne de l’aviation d’affaires (ACAA), l’Association canadienne d’hélicoptères (ACH), la Compagnie Flight Exec et Air Georgian ont écrit la lettre conjointe suivante à l’Honorable John Baird, Ministre des Transports, de l’infrastructure et des Communautés, lui conseillant vivement de trouver une solution avec la CAGT ou pour trouver du financement nouveau afin d’aider à préserver l’Aéroport de Buttonville.

Cher Ministre Baird;

Les organisations et les agences de support mentionnées plus haut représentent des éléments variés et significatifs de la communauté aéronautique à travers la Canada et plus spécifiquement à l’intérieur de la région du Grand Toronto.

Nous avons écrit cette correspondance pour vous transmettre notre appréhension collective et nos inquiétudes concernant le futur et le bien-être de l’Aéroport de Buttonville et de sa communauté reliée d’intérêts étendus d’affaires et de services. Ceci survient à la suite de l’annonce récente par la Commission des Aéroports du Grand Toronto (CAGT) de leur intention d’annuler le présent «Accord d’entretien de la capacité» entre la CAGT et Buttonville, entrant en vigueur en avril 2009.

Les argents provenant de la CAGT selon cet accord forment une partie importante de la capacité de cet aéroport à demeurer ouvert et fonctionnel en tant qu’aérodrome. La santé économique et la sécurité d’emploi d’un nombre significatif de familles canadiennes payant des taxes et des entreprises sont directement ou indirectement reliées à cet endroit et aux services qui y sont fournis. La perte de financement et de soutien à cet aéroport met les propriétaires dans la désagréable position qu’ils nous ont décrite comme devant revoir leurs meilleures pratiques d’affaires, la santé et leur responsabilité/habileté à continuer de soutenir les opérations courantes de l’aéroport – encore moins de procéder avec l’entretien de l’infrastructure et les améliorations qui sont requises aujourd’hui et dans les années à venir.

Ces argents ne sont pas un don, et aucun don n’est demandé, ils font partie d’une plus grande contribution générant plusieurs bénéfices financiers directs et indirects. Ils permettent aussi aux propriétaires d’avancer avec un sentiment de sécurité envers leur futur pour des fins d’investissement et de redéveloppement – quelque chose qui est encore plus important dans notre environnement économique actuel.

D’ailleurs, l’argent reçu selon cet accord est de loin dépassé par l’argent dépensé et investi par les propriétaires pour maintenir les facilités et les affaires d’aujourd’hui comme celles planifiées pour demain.

Buttonville est une porte d’entrée majeure en aviation dans la grande région de Toronto non seulement pour le Canada, mais aussi pour le trafic trans-frontières. Il a longtemps servi comme aéroport pour s’occuper de l’aviation d’affaires qui n’est pas vraiment la bienvenue ou accessible à l’Aéroport international Lester B. Pearson, plus gros et plus congestionné. En fait, dans leurs propres documents publiés, la CAGT a constamment déclaré que «Les autres aéroports du sud de l’Ontario tels que Buttonville, Peterborough et Oshawa fournissent des opportunités pour l’aviation générale et le service commercial limité des turbopropulseurs.»

«Une perturbation ou une fermeture de l’un ou l’autre de ces aéroports imposerait des fardeaux additionnels de capacité à l’Aéroport. Afin d’adresser ce problème, la CAGT a paraphé une entente avec Toronto Airways Limited, l’opérateur de l’Aéroport de Buttonville, afin de garantir que la capacité de l’aéroport soit maintenue.»

De plus, l’ébauche de planification de la CAGT en 2004 pour l’Aéroport de Pickering déclare que «Buttonville reçoit une subvention annuelle de la CAGT afin de demeurer opérationnel… si Buttonville devait fermer, il deviendrait impératif qu’un nouvel aéroport soit construit à Pickering, car aucun autre aéroport dans la grande région de Toronto n’est prévu d’avoir les facilités ou la capacité d’absorber l’activité corporative et de fret ainsi déplacée.»

Dans son Plan stratégique corporatif de 2006/07, la CAGT identifie que «le succès futur de Pearson requiert la participation à un certain degré dans le soutien d’un système régional d’aéroports… les études entreprises par la CAGT ayant trait à la capacité aéroportuaire confirment le besoin de protéger les terres de Pickering pour un futur aéroport… la CAGT continuera à étudier les besoins futurs… et à subventionner l’Aéroport de Buttonville pour maintenir la capacité aéronautique dans l’intérim.»

Buttonville est le point d’ancrage d’une activité aéronautique significative et importante qui ne pourrait pas être supportée à d’autres aéroports ni, tel que mentionné plus haut, être la bienvenue. Il y a d’abord tout ce qui est sensible au niveau temps, de nombreux vols médicaux quotidiens et des vols de transfert de patients aux hôpitaux et aux spécialistes de soins médicaux dans cette région qui passent par Buttonville.

En plus, ceci est l’aéroport de choix en tant que le centre pour la sécurité policière aérienne et les vols de soutien de plusieurs agences d’application des lois municipales, provinciales et fédérales. Considérez également le trafic corporatif et commercial, le trafic de fret et de l’aviation privée qui amène des affaires vers ou à partir de la communauté corporative et des régions immédiates. Il y a aussi l’activité significative de couverture médiatique à partir de ce site, les trois écoles d’entraînement en aviation et les 300 avions privés qui résident à Buttonville.

Tout ceci représente des affaires avec des considérations financières significatives au-delà des frontières de l’Aéroport de Buttonville.

Nous sommes d’un consensus ferme à l’effet que cette région et l’industrie aéronautique souffriraient une perte significative et irremplaçable si Buttonville cessait d’exister. En conséquence, nous sommes venus ensemble avec une inquiétude mutuelle de la part de nos divers membres pour demander votre assistance afin d’accomplir les objectifs suivants:

a) que de l’assistance ou une formule alternative soit trouvée afin de remplacer les argents qui seront perdus suite à la cessation de l’accord actuel avec la CAGT;

b) ou qu’une solution viable et appropriée soit trouvée afin de restaurer l’accord avec la CAGT d’une manière équitable aussi bien pour les intérêts de Buttonville que de la CAGT; et

c) nous demandons fortement qu’une échéance réaliste et appropriée soit assignée à cet accord pour que les propriétaires et la gestion de l’aéroport puissent être mieux en mesure de déterminer quel niveau d’investissement et de développement de l’infrastructure puisse être entrepris immédiatement – et plus significativement dans le long terme pour couvrir la période entre maintenant et le moment où une capacité aéroportuaire additionnelle puisse être développée pour suppléer ou remplacer cette capacité maintenant desservie par Buttonville.