SEARCH What's New

Voler D'une Autre Maniere

Bob Kirkby

 

J ’ai récemment eu l’opportunité d’aller prendre mon premier tour de montgolfière. Même si je regarde fréquemment dans le ciel pour voir passer des montgolfières qui dérivent lentement autour de ma maison du côté est de Calgary, un point chaud pour ce genre de sport, je n’ai jamais fait l’effort d’aller essayer ce genre de vol.

Un de mes amis est un membre de longue date du Club de montgolfières de Calgary et il a offert d’organiser un vol pour moi. Ralph Dowson a sa propre montgolfière mais elle est remisée en préparation d’un déménagement prochain, alors il a arrangé les choses pour que nous puissions tous les deux aller voler avec un autre membre du club, Del Michaud.

J’ai reçu un appel de Ralph à 05h30 le matin du vol planifié. “La température est belle” il dit. “Nous devons rencontrer Del au terrain dans 45 minutes.” Le “terrain” est actuellement un parc près du Musée de la guerre situé au sud ouest de Calgary. J’ai découvert plus tard que les opérateurs de montgolfières à Calgary ont des permis pour décoller d’un bon nombre de parcs de la cité.

Nous sommes arrivés juste à temps pour aider Del et son équipage au sol à sortir leur ballon Herbal Magic vert lime.

Del a une entente avec Herbal Magic pour voler la montgolfière autant qu’il le peut, ce qu’il fait quatre ou cinq fois par semaine, selon la température. Non seulement Herbal Magic fournit le ballon, le véhicule de chasse et la remorque, mais ils fournissent les passagers en plus. La publicité évidemment en vaut la peine.

Cela a demandé une demi-heure avant d’être en l’air. Le vent venait du sud est à environ 5 noeuds et nous avons donc dérivé vers le nord ouest au dessus des banlieues dortoir en train de se réveiller. Nous avons salué des cyclistes se rendant au travail le long des pistes cyclables et nous sous sommes amusés avec les chiens dans les arrière-cours qui tournaient en rond et qui jappaient à la vue de notre monstre dans le ciel qui crachait le feu.

Éventuellement, nous avons atteint la vallée de la Rivière Bow et Del de manière experte nous a emmené au dessous de l’escarpement sud de la vallée.

À ma surprise, nous avons changé de cap et nous avons commencé à dériver vers l’ouest le long de la vallée.

Ceci était une expérience étonnament tranquile. À part du bruit occasionnel du brûleur à propane pour rester à flot, le seul son était celui de l’eau qui coulait le long de la vallée de la rivière en dessous.

Nous avons salué des joggeurs et des cyclistes le long des sentiers qui suivent la rivière tout en absorbant la beauté de cette scène matinale.

J’ai déjà volé un biplan à cabine ouverte et j’aimais beaucoup voler très tôt le matin au dessus des champs de colza et le long des vallées des rivières. Ceci était très similaire mais sans le bruit ni le vent dans le visage. Dans une montgolfière il n’y a pas de vent et seulement le bruit ambiant pour calmer les sens.

Après une heure de vol, Del a décidé qu’il était temps de chercher un endroit pour l’atterrissage. Il nous a emmené à quelques centaines de pieds et nous avons changé de direction lorsque la brise du sud est nous a attrapé de nouveau, nous éloignant de la rivière et nous emmenant au dessus d’un nombre de champs et de parcs. J’ai surveillé avec stupéfaction comment Del a utilisé avec expertise les vents pour tourner la montgolfière comme ceci et comme cela pendant qu’il étudiait prudemment les champs devant.

Éventuellement, il en a choisi un et nous avons descendu plus bas au dessus d’un boisé en préparation de ce qui a semblé être une accélération pour l’atterrissage juste après avoir passé le bord des arbres. Le tout m’a semblé réellement bien mais Del m’a dit plus tard que c’était un atterrissage plus dur que la normale. Un commentaire de pilote typique!

Le véhicule de chasse nous a trouvé même avant que l’enveloppe du ballon soit dégonflée et nous avons commencé la partie difficile de la pratique de la montgolfière, celle d’empaqueter le tout à l’abri dans la remorque. Je pensais que nous avions tout fini à ce moment mais Del a sorti une glacière et a produit la traditionnelle bouteille de champagne. Avec plusieurs toasts tout autour, nous avons révisé le vol, comme seulement des pilotes le font, et nous avons savouré une fin parfaite à une matinée parfaite.

Après nous être empilés dans le véhicule de chasse pour le retour, je n’ai pu m’empêcher de penser à quel point ceci avait été une recréation presque parfaite du tout premier vol fait par un humain.

Je comprends maintenant pourquoi les Français buvaient une bouteille de champagne après chaque vol. Quelle chique manière de voler! Je reviendrai en faire de ceci.

En attendant, continuez à faire tourner votre hélice, ou à faire brûler votre brûleur.