SEARCH What's New

Le taux de changement est exponentiel

 

Pendant que j’étais à contempler ce que j’allais écrire ce mois-ci, je jouais avec un nouveau téléphone intelligent que je venais juste d’acquérir. Il possède une application de compas incluse et je m’émerveillais à quel point cela fonctionnait bien. Le compas est plus lisible, plus stable et plus précis que le vieux compas à boule flottante dans mon Cherokee.

Il y a même un bouton pour changer entre degré magnétique et degré vrai et la variation magnétique que l’application utilise est ajustée selon mon endroit. En fait, on dirait que cela pourrait même aussi devenir un bon substitut pour mon gyrocompas.

J’ai utilisé un téléphone intelligent durant une période de cinq ans, mais c’en était un du genre “affaires” sur lequel j’avais nombre d’applications pour gérer des contacts, travailler avec des chiffriers électroniques et des documents et bien sûr traiter des courriels. Mais après l’avoir échappé pour la centième fois, il a finalement abdiqué et le derrière du boîtier s’est brisé.

J’ai décidé de faire le plongeon et de le remplacer avec un de ceux qui sont plus orientés vers le consommateur. Vous savez le genre qui semble être conçu pour des photos, des vidéos, pour jouer de la musique, envoyer des messages texte, et pour lequel vous pouvez acheter un million d’applications pour tout, que ce soit pour balancer votre livret de chèques ou pour faire cuire un gâteau.

Eh oui, vous pouvez aussi les utiliser pour faire des appels téléphoniques. Le terme téléphone intelligent est sérieusement inadéquat. Ces appareils sont réellement des ordinateurs de poche avec des téléphones incorporés.

Depuis les quelques dernières semaines, je cherche à temps perdu pour trouver des applications qui seraient utiles au vol et, bien sûr, j’en trouve beaucoup. On dirait que pour un petit prix et le toucher d’un icône, cet appareil peut fournir la météo avec image radar sur demande, faire de la planification de vol, de la navigation GPS avec des cartes sectorielles et des données de terrain, des instruments de vol et plus encore. Avec un senseur de mouvement incorporé et un récepteur GPS, il peut virtuellement remplacer la moitié du panneau de mon Cherokee.

J’exagère peut-être un peu, mais le point demeure que les avances incroyables en électronique avec les capacités sophistiquées en programmation non seulement ont changé notre vie mais aussi la manière dont nous volons. Le taux de changement est exponentiel.

Combien d’entre vous vont fermer leur GPS de temps en temps et retourner aux cartes VNC et au E6B? Il est douloureux d’enlever la poussière et de revenir à la base, mais c’est un bon rappel. Le poste de pilotage de mon Cherokee n’est pas très sophistiqué comparé aux nouvelles machines avec des écrans digitaux, mais je trouve que c’est un bon exercice une fois de temps en temps de prétendre que je suis de retour en 1964, lorsque mon avion a été manufacturé, et de voler de la manière dont on volait dans ce temps-là.

Je dois admettre que cela me fatigue rapidement et que je suis très content de rallumer les gadgets lorsque j’ai fini de prétendre.

La grande quantité d’appareils électroniques qui nous est maintenant disponible nous donne davantage de bonnes informations dans le poste de pilotage et généralement elle rend le vol plus sécuritaire, quoique la courbe d’apprentissage puisse être parfois un peu ardue. La redondance des équipements à travers les plateformes est fantastique et d’un grand bénéfice. Je planifie d’e m’acheter un support pour mon nouvel ordinateur/téléphone de poche afin de le monter quelque part sur le panneau, juste au cas où.

En attendant, continuez à faire tourner votre hélice.