SEARCH What's New

Rôles des directeurs augmentent la capacité du bureau de la COPA

 

À l'Assemblée générale annuelle de cette année, un de nos membres a posé une importante question. Il a demandé pourquoi le Conseil de direction était aussi grand que ça, et pourquoi la COPA ne pouvait être gouvernée par un plus petit conseil afin de réduire les coûts. Il y a peut-être d'autres membres qui se demandent la même chose, alors je vais donc essayer d'expliquer.

Premièrement, le Conseil consiste en 15 membres de partout au pays. La distribution est à peu près représentative de la population et de la grandeur de chaque région électorale. Il y en a deux pour la Colombie-Britannique et le Yukon, deux pour l'Alberta et les Territoires du Nord-Ouest, un pour le Manitoba et le Nunavut, un pour le nord de l'Ontario, trois pour le sud de l'Ontario, deux pour le Québec, deux pour le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse et l'Île-du-Prince-Édouard, et finalement un pour Terre-Neuve.

La simple réponse à la question est que la COPA pourrait aisément être gouvernée par un plus petit conseil si c'était la seule chose que les directeurs avaient à faire.

La grosseur et la distribution du Conseil ont été établies il y a nombre d'années avec en tête des responsabilités spécifiques qui vont bien au delà de la gouvernance. Voici un compte-rendu des trois chapeaux que chaque directeur porte.

Premièrement et avant tout, les directeurs sont responsables de la gouverne de l’association. En grande partie, ils s'engagent dans cette activité seulement lors des réunions du Conseil d’administration, au nombre de trois par année. Elles ont normalement une durée d'une journée mais périodiquement nous tenons une réunion de deux jours lorsque nous faisons de la planification stratégique.

Aux réunions du Conseil, la politique est établie, des budgets sont approuvés, des questions majeures sont discutées et des stratégies sont développées pour s’en occuper, nos défis légaux courants sont révisés, les services aux membres sont discutés, etc.

Le Conseil fournit une direction à la gestion de la COPA sur ce que les membres de la COPA attendent de la COPA. De plus, les directeurs doivent participer à divers comités du Conseil qui s'occupent de tâches spécifiques au Conseil.

En plus du processus de gouvernance qui prend place seulement lors des réunions, le Conseil d'administration sert aussi de lien primordial entre l'association et les membres.  Chaque directeur amène à la table une formation unique en aviation, des qualifications uniques et un lien unique avec les membres COPA de leur circonscription. À travers le processus démocratique de la discussion et du vote à propos de motions et de résolutions, les directeurs font appel à toute cette expérience pour atteindre un consensus sur la meilleure voie à prendre pour les membres dans l’ensemble.

Afin d’être efficace, un directeur doit être engagé activement en aviation personnelle et impliqué avec les membres COPA au niveau local.

Ceci m'amène au deuxième chapeau. Les directeurs agissent comme représentants de la COPA dans leurs régions respectives, étendant ainsi la portée de la maison mère de la COPA. En tant que représentants, ils participent à des rendez-vous aériens, des séminaires sur la sécurité, aux activités des escadrilles COPA et pendant tout ce temps, ils communiquent avec les membres.

Ils profitent des opportunités d'assister aux réunions des escadrilles COPA, ou des clubs de vol, ce qui représente une opportunité de discuter avec les membres au sujet des sujets brûlants dont la COPA s'occupe et ils obtiennent du feedback des membres.

Les directeurs sont souvent sollicités par les membres locaux, ou les escadrilles COPA, pour de l’information ou pour être dirigé dans la bonne direction pour obtenir de l’information et de l’aide. Quelque fois, les directeurs sont simplement des oreilles sympathiques envers les problèmes aéronautiques des membres. Ce type d’interaction est bon dans ce sens qu’il donne aux directeurs l’information dont ils ont besoin pour se faire une image des besoins et des inquiétudes de leurs membres. Néanmoins, c’est une responsabilité additionnelle qui requiert du temps et de la disponibilité.

Il existe un troisième chapeau porté par les directeurs COPA et c'est celui du plaidoyer. Plusieurs directeurs sont impliqués dans des causes à plaider, souvent en supportant les efforts d’une escadrille COPA. Cela peut s’étendre à des efforts pour garder une piste locale ouverte ou pour combattre des restrictions locales d’espace aérien.

Le plaidoyer implique souvent d'aller dans des réunions avec les gouvernements locaux, de rencontrer les escadrilles locales, d'écrire aux officiels du gouvernement, d'assister à des réunions avec Transports Canada et Nav Canada ou de préparer des présentations.  En cette capacité, les directeurs étendent le rôle de plaidoyer de la COPA à travers le pays.

Les rôles de représentation régionale et de plaidoyer ne sont pas des rôles de gouvernance. Ce sont des rôles qui étendent la capacité du Bureau de la COPA. Si on avait un plus petit nombre de directeurs, élus des plus grandes régions, ils ne seraient pas capables d'accomplir toutes ces responsabilités et il y aurait moins de contact avec les membres. La résultante serait un besoin pour plus de personnel COPA afin d'accomplir le même travail, ce qui augmenterait les coûts.

Rappelez-vous, les directeurs sont des volontaires.

J'espère que ceci aide à expliquer la structure du Conseil et ce que font vos directeurs dans leur temps libre. Ceci est peut-être le bon temps de vous rappeler que nous tiendrons des élections l'an prochain pour des directeurs dans les régions suivantes: Colombie-Britannique et le Yukon, le sud de l'Ontario et le Québec. Si vous habitez dans ces régions, S.V.P. songez sérieusement à ceux que vous connaissez qui aimeraient faire une différance en se portant volontaire pour l'une de ces positions importantes. Débutez par un regard vers vous-mêmes. Il y aura un appel de nominations dans l'édition de décembre du journal.

En attendant, continuez à faire tourner votre hélice.